La personne qui s’aime (trop) est égoïste !

Eh bien oui ! La personne qui s’aime est égoïste. Et je ne parle pas uniquement de la personne qui s’aime de manière narcissique, comme décrite dans mon article précédent, mais bien de la personne capable d’amour de soi au sens le plus noble du terme.

J’entends déjà d’ici les commentaires :

« Si c’est égoïste, ce n’est pas bien, c’est mal ! Il ne faut donc pas s’aimer soi-même ! »

Et c’est là où je dis stop ! Ce n’est pas parce qu’une action est égoïste que c’est forcément mal et que nous ne devons pas la faire. Pour bien comprendre mon propos, je voudrais faire la distinction entre deux formes d’égoïsme. Cela fait toute la différence ! Je m’explique :

Si je vous demande de vous imaginer le comportement d’une personne égoïste, il y a de fortes chances que vous pensiez à quelqu’un d’égocentré qui fait passer ses besoins et envies en priorité sans aucune attention à l’impact des conséquences sur les autres. Voici par exemple comment se passe le choix des vacances chez certains :

Madame aimerait aller à l’hôtel pour ne pas devoir s’occuper de l’intendance comme elle le fait toute l’année. Les enfants, de leur côté, voudraient aller à la mer car cela fait plusieurs années qu’ils en rêvent. Monsieur, quant à lui, n’écoute que lui-même et décide que toute la famille ira, comme chaque année, à la montagne dans un chalet. Un point c’est tout ! C’est lui qui décide et les autres n’ont qu’à s’adapter.

Ce comportement relève de l’égoïsme destructeur, c’est-à-dire que les choix et les actions sont faits au mieux sans tenir compte des autres mais parfois même au détriment de ceux-ci. L’autre est nié dans ses envies et ses besoins. Nous sommes en présence d’égocentrisme, la finalité est uniquement soi-même. C’est la forme d’égoïsme à laquelle nous pensons spontanément et qui est socialement réprouvée car faisant passer les intérêts personnels au détriment de ceux de la communauté.

Il existe une deuxième forme d’égoïsme que j’appellerai l’égoïsme constructif. Qu’est-ce que cela signifie ?

L’égoïsme constructif est la compréhension que si nous voulons apporter une contribution positive à une cause plus grande que nous, nous devons d’abord nous occuper de nous-mêmes. Voici un exemple pour illustrer mon propos :

Un musicien voulant faire partie d’un orchestre (quelque chose de plus grand que lui), s’il veut apporter une contribution positive à celui-ci (jouer en harmonie avec les autres musiciens), devra apprendre la partition, répéter d’abord tout seul et accorder soigneusement son instrument avant de pouvoir jouer avec les autres. Il devra donc s’occuper de lui avant de pouvoir apporter sa contribution au groupe.

Malgré le fait que, dans une première phase, toute l’attention et l’énergie du musicien soient tournées vers lui-même, pouvons-nous dire que son action de préparation est égocentrée ?

Non ! En tous cas, pas à 100%. Il est certain que le musicien en tirera un avantage personnel et sera meilleur suite à son travail de préparation. Par contre, le but de son amélioration n’est pas (uniquement) lié à un désir égoïste. Celle-ci est un passage obligé pour faire partie du groupe, pour apporter une contribution à celui-ci. Cette forme d’égoïsme est souvent confondue avec la première et génère alors un sentiment de culpabilité qui n’a pas de raison d’être.

La différence entre égoïsme destructeur et égoïsme constructif se fait à deux niveaux :

  • Est-ce que les choix et/ou les actions sont faits au dépend des autres ?
  • Est-ce que la motivation est (uniquement) égocentrée ?

Certains me diront :

« Mais quel est le lien avec l’amour de soi ? »

L’amour de soi n’est pas inné. Il demande du travail. Il doit être cultivé et nécessite que l’on prenne du temps pour soi, que l’on se respecte et que l’on agisse en fonction de nos propres besoins et valeurs. Il se peut que vos proches ne comprennent pas cet investissement en vous-même et qu’ils vous en fassent le reproche, qu’ils vous trouvent égoïste. Il se peut que vous ressentiez de la culpabilité à vous donner tellement de temps, d’énergie et d’importance…

Comment gérer tout cela ?

Dans la deuxième partie de l’article, nous aborderons plus en détail la relation entre égoïsme et amour de soi.

D’ici là, amusez-vous à observer et distinguer chez vous et chez les autres ces deux formes d’égoïsme. 😉

Amicalement,

Nicolas

2 réponses sur “La personne qui s’aime (trop) est égoïste !”

  1. Exemple d’égoïsme constructif: dans un avion en perdition, on nous demande de mettre le masque à oxygène sur notre propre visage avant de s’occuper de l’enfant à côté de soi…
    J’ai compris où j’ai tout faux ?

    1. C’est tout-à-fait cela ! 🙂
      Le fait de prendre soin de soi peut également faire partie de l’égoïsme constructif quand cela nous rend plus apte à prendre soin des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *